Vaccin contre les VPH (virus du papillome humain): mise à jour, nouvelles indications et controverses.


L’infection génitale par les virus du papillome humain (VPH) est l’une des infections transmises sexuellement (ITS) les plus fréquentes en Amérique du Nord. La majorité des nouveaux cas survient chez les personnes ayant entre 15 et 24 ans. La majorité des cas sont asymptomatiques et auto-résolutifs. Cependant une infection persistante avec un type oncogénique peut causer un cancer du col, de l’anus et du pénis.

Il y a plus de 130 types de HPV identifiés jusqu’à ce jour, dont plus de 40 peuvent causer des infections génitales. Les HPV atteignant la sphère génitale sont divisés en 2 groupes : ceux à haut risque : oncogènes et ceux à risque bas : non-oncogènes.

Le vaccin utilisé actuellement au Québec est le Gardasil, un vaccin quadrivalent (qui cible 4 souches oncogènes). Il est donné en 3 doses. Les filles de secondaire 3 sont vaccinées si elles le désirent à l’école. L’efficacité de ce vaccin est largement prouvée pour diminuer l’incidence de cancer du col par les 4 souches présentes dans le vaccin.

Nouvelles indications, questions et controverses :

Vaccination chez les hommes : Bien que moins de 25% des cancers reliés au VPH survienne chez les hommes, certains groupes, comme les homosexuels, ont un taux significativement plus élevé de maladie reliée au virus, incluant le cancer anal. En 2009, le FDA américain a approuvé le vaccin quadrivalent chez les hommes jeunes. Des données récentes ont démontré son efficacité pour prévenir le cancer anal intra-épithélial chez l’homme.

Si vous avez déjà eu des condylomes y a-t-il un avantage à être vacciné? Il n’y aura pas d’amélioration des condylomes existants, mais le risque d’attraper les autres types diminuera.

Est-ce que la vaccination des filles et femmes de 12-26 ans diminue réellement les condylomes? L’Australie a été le premier pays à subventionner pleinement la vaccination contre le VPH. En deux ans il y a eu une diminution de verrues génitales de 59% chez les femmes et une diminution de 39% chez les hommes, même si ceux-ci n’étaient pas vaccinés. Ceci suggère que si les femmes sont vaccinées, les hommes ayant des relations avec elles seront moins à risque d’infection.

Combien de temps la vaccination avec le Gardasil est-elle efficace? Les anticorps sont le plus élevés après la troisième dose, pour diminuer graduellement jusqu’à 24 mois et demeurent plus élevés que chez ceux qui ont été infectés naturellement. On est actuellement à évaluer la pertinence d’une quatrième dose.

Doit-on cesser les cytologies pour détecter les cancers du col chez les patientes vaccinées?Non. Les pratiques de dépistage ne doivent pas être modifiées car la fréquence du cancer du col peut prendre des décennies avant de diminuer de façon significative.

Devrait-on vacciner les garçons? L’augmentation des cancers reliés au HPV chez l’homme et l’absence de procédure de dépistage pour le cancer anal suggérerait que oui, mais non seulement pour les garçons, mais aussi pour réduire le risque de transmission aux femmes non vaccinées.

Référence : Mendoza N. et all. HPV vaccine update : new indications and controversies.
Skin Therapy letter, vol 16 (8), sept. 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *