SVQ 28 janvier 2011 Les condylomes (verrues génitales).


L’INESS (Institut national d’excellence en santé et service sociaux) vient d’émettre une mise à jour sur le traitement des ITS (infections transmises sexuellement). Nous revoyons aujourd’hui les grandes lignes en ce qui concerne les condylomes. Il s’agit d’un résumé. Si vous désirez un complément d’information, n’hésitez pas.

Généralités :

  • Les condylomes sont causés par le virus du papillome humain (VPH).
  • La contagiosité est élevée et se fait par contact. La durée de contagion est inconnue après la disparition des lésions.
  • Les lésions surviennent parfois plusieurs années après que le VPH ait été contracté.
  • Les condylomes surviennent surtout aux sites de frottement, sont souvent multiples, asymétriques et asymptomatiques. Le type le plus fréquent est à type de lésion bourgeonnante ressemblant à un chou-fleur ou à une crête de coq.
  • La vaccination contre le VPH protège contre les types les plus fréquents mais n’a pas d’effet sur les condylomes déjà présents.

Recommandations pour la prévention et le traitement :

  • Utilisez un condom et faites un auto-examen régulièrement. Si vous avez ou avez eu des condylomes, avisez votre partenaire.
  • La moitié des condylomes disparaîtront en moins de 2 ans, avec ou sans traitement.  Les condylomes ont un haut taux de récurrence après le traitement. Aucun traitement ne permet d’éradiquer le VPH. Les traitements visent à faire disparaître les lésions.
  • Traitements à appliquer à la maison : podophyllotoxine  (Condyline ou Wartex), imiquimod 5% (Aldara) ou 3,75% (Vyloma).
  • Traitements faits chez le médecin : cryothérapie (azote liquide), application d’acide trichloracétique ou destruction à l’électricité ou au laser.
  • Aucun traitement n’est garanti, il faut souvent être persévérant…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *