SVQ 1er septembre 2012 Se protéger du soleil à l’ombre? Est-ce exagéré?


Contribution des radiations UV directes, diffuses et réfléchies lors de l’exposition solaire.

Les cancers de peau et le vieillissement cutané dus au soleil sont des problèmes de plus en plus fréquents.

En ce qui concerne les cancers de peau, les messages véhiculés se concentrent souvent sur l’exposition aigue, assumant implicitement que les radiations directes sont le contributeur majeur de l’exposition globale aux UV.

En fait, on connaît relativement peu de choses de la contribution relative des radiations solaires directes, diffuses et réfléchies.   

Nous vous présentons aujourd’hui un article qui investigue le patron d’exposition solaire selon la région du corps, en ce qui a trait aux différents modes d’exposition. Les auteurs ont utilisé un modèle capable de calculer le pourcentage de radiations solaires fourni annuellement  sur les différentes parties du corps par les radiations directes (rayons solaires directs), diffuses (par journée nuageuse, à l’ombre…) et réfléchie (sur la neige, l’eau et le sable) .

Résultats :

  • L’exposition directe est importante durant certaines périodes spécifiques (ex : milieu de la journée l’été) mais contribue modérément à la dose annuelle : 15% pour les parties verticales du corps et 24% pour les régions horizontales.
  • L’exposition diffuse compte pour 80% de la dose cumulative annuelle. Une exposition diffuse aigue peut survenir lors de journées nuageuses.

Conclusions :

  • On ne doit donc pas négliger l’importance de l’exposition diffuse dans le contexte de mesures préventives
  • Les messages se concentrant sur l’évitement de l’exposition solaire directe intense pourraient être d’efficacité limitée pour la prévention des cancers de peau.

Notre commentaire : Il est impératif de se protéger du soleil tous les jours.

Référence : Vernez D. et al. Anatomical exposure patterns of skin to sunlight : relative contributions of directs, diffuse and reflected ultraviolet radiation. British Journal of Dermatology, 2012 167, pp 383-390 (août 2012).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *