Les lasers non-ablatifs influencent-ils réellement le derme?


Laser fractionnel non-ablatif et photo vieillissement.   Mécanismes d’action.

Les techniques de relissage ablatif au laser améliorent substantiellement les signes de photo vieillissement, mais nécessitent un temps de guérison long et ont un potentiel non négligeable de complications. Ces techniques étaient beaucoup utilisées il y a plus d’une dizaine d’années.

Les traitements traditionnels de laser non-ablatifs (qui n’enlèvent pas complètement l’épiderme) sont efficaces pour diminuer les taches pigmentaires et les rougeurs causées par la couperose, mais les résultats pour l’amélioration de la texture, des rides et des cicatrices sont en général modestes.

Pour augmenter l’efficacité du photorajeunissement avec les
lasers non-ablatifs, le concept de photothermolyse fractionnée a été
introduit. Le concept est simple, le             laser crée des colonnes microscopiques de tissu détruit par la chaleur. L’épiderme demeure intact et il y a amplement de tissu sain entre les colonnes pour enclencher le processus de guérison.

Les lasers fractionnels non-ablatifs résultent en une réaction inflammatoire initiale qui est suivie d’un remaniement important au niveau du derme, se terminant par l’induction de nouveau collagène.

Le relissage au laser fractionnel non-ablatif induit donc une réponse de guérison bien organisée amenant un remodelage dermique substantiel et l’induction de nouveau collagène.

Notre commentaire : Cet article décrit en détail le mode d’action sur l’épiderme, le derme et la jonction dermo-épidermique des lasers fractionnels non ablatifs.

Référence: British Journal of Dermatology, 2010;163 :757-768

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *