Faites-vous l’œil, 9 avril 2013


Cette chronique a pour but de vous familiariser avec les lésions cutanées fréquentes. Ceci incluant les lésions bénignes autant que malignes. Il y a une chronique de ce type tous les mardis.

9 avril 2013

Votre grand-père est désespéré. Il est en pleine forme, fait de l’exercice chaque jour, mange bien, fait attention au soleil, fait des mots croisés et joue au scrabble pour garder ses neurones actifs. Malgré tout cela, il est importuné par une douleur à l’oreille  droite qui le réveille la nuit quand il est couché de ce côté. La même douleur survient quand il met une tuque ou un bandeau appuyant sur son oreille, ou quand il parle au téléphone de ce côté. La douleur est présente depuis quelques mois et depuis quelques semaines, il a développé une lésion au site de la douleur. Il hésite à prendre un rendez-vous chez son médecin, qu’en pensez-vous et que lui conseillez-vous ?

Pour que cette activité soit éducative il faut que vous vous fassiez une idée avant de regarder la réponse. Le but est de créer une réaction immédiate à la lésion. Quand votre idée est faite, vous pouvez vérifier si vous avez raison et regarder les explications.

Les lésions douloureuses de l’oreille sont très fréquemment des chondrodermites nodulaires de l’oreille. Ces lésions surviennent en général du côté où les gens se couchent le plus souvent. Le cartilage est coincé entre le crâne et l’oreiller et ceci cause de l’inflammation, occasionnant une douleur exquise. Vous devriez conseiller à votre grand-père de prendre un rendez-vous chez son médecin, mais pas avant 2 semaines. D’ici-là, il devrait cesser toute pression sur son oreille : ne pas porter de tuque, chapeau ou bandeau appuyant sur la lésion. Il faudrait qu’il trouve un moyen de ne pas s’appuyer sur cette oreille quand il dort : dormir sur le dos ou sur l’autre côté jusqu’à la guérison, ou carrément faire un trou dans son oreiller. Il existe aussi des oreillers spécialement faits pour cette pathologie. Si ces conseils ne font pas disparaître son problème, il devrait rencontrer son médecin ou son dermatologue, car il faut toujours garder en tête la possibilité d’un cancer de peau.  Cette éventualité est cependant moins probable selon l’histoire dans ce cas-ci.

Plus il y aura de personnes capable de reconnaître les lésions cutanées fréquentes, plus les cancers de peau seront détectés rapidement et moins les chirurgies seront dévastatrices.

Faites-vous l’œil!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *