Faites-vous l’œil, 10 juillet 2012


Cette chronique a pour but de vous familiariser avec les lésions cutanées fréquentes. Ceci incluant les lésions bénignes autant que malignes. Normalement, il y a une chronique de ce type tous les mardis.

Votre tante vous avait montré il y a 2 ans une lésion du nez que vous lui aviez suggéré de faire vérifier car vous soupçonniez un carcinome basocellaire. Elle avait consulté son médecin, eu une biopsie qui a confirmé votre diagnostic et été opérée. Elle vous demande à nouveau votre opinion car elle a l’impression qu’elle a une petite bosse juste à côté de la cicatrice. Que lui conseillez-vous à ce sujet?

 Pour que cette activité soit éducative il faut que vous vous fassiez une idée avant de regarder la réponse. Le but est de créer une réaction immédiate à la lésion. Quand votre idée est faite, vous pouvez vérifier si vous avez raison et regarder les explications.

On voit la cicatrice linéaire oblique sur le nez. Les chirurgies traditionnelles (excision elliptique et fermeture) ont un succès qui va de 90 à 97% environ, selon les régions. Ce qui est excellent. La flèche indique un renflement discret. La biopsie a prouvé une récidive et la patiente a été référée pour une chirurgie de Moh’s. Cette technique est différente de la chirurgie traditionnelle. La lésion visible est enlevée et débute ensuite l’excision de tranches successives. Chaque tranche est vérifiée au microscope et s’il reste encore du cancer, une autre tranche est faite dans la ou les régions où il reste encore de la tumeur. Pour les tumeurs primaires, le taux de succès de cette technique est d’environ 99%. Pour les récidives dans les régions où l’on souhaite que toute la tumeur soit excisée mais où il est important de conserver le plus de tissu sain possible, c’est un traitement de choix. Votre tante a été opérée en utilisant cette technique et pour cette petite protubérance, il a fallu enlever 5 tranches. La récidive était donc assez profonde.

Retenons que si un cancer a été excisé, il faut quand même garder l’œil ouvert car il existe un faible risque de récidive. Il faut examiner attentivement la cicatrice après la chirurgie et s’il apparaît un changement au fil du temps, il faut en parler avec votre médecin ou votre dermatologue.

Plus il y aura de personnes sensibilisées pour différentier les lésions bénignes des lésions cutanées suspectes, plus les cancers de peau seront détectés rapidement et moins les chirurgies seront dévastatrices.

Faites-vous l’œil!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *