Mise à jour sur les nouveaux traitements contre les mélanomes


Les mélanomes sont les cancers de peau les plus sérieux et quand ils sont détectés tardivement, ils peuvent devenir métastatiques et causer le décès.

Récemment il y a eu des développements intéressants pour le traitement des mélanomes métastatiques. Ils ont de drôles de noms mais vous verrez que les mécanismes d’action sont ingénieux.

YERVOY :

Notre système immunitaire est un agent naturel puissant contre le cancer. Certains mélanomes sont cependant capables de progresser en se servant de nos propres défenses.

Parmi nos armes contre le mélanome, il y a un sous-type de globules blancs qui joue un rôle majeur : les lymphocytes T. Les mélanomes dérèglent notre système immunitaire et le force à produire des anticorps empêchent nos propres lymphocytes d’agir efficacement, nous laissant donc sans défense. Le mélanome peut alors se développer et se répandre dans notre corps.

Le Yervoy (ipilimumab) est un traitement qui restaure notre système immunitaire en permettant à nos lymphocytes de revenir actifs. . Il permet à nos défenses de reprendre le contrôle. Il ne fonctionne pas chez tous les patients atteints de mélanome métastatiques, mais chez ceux qui répondent, l’amélioration est très marquée.

ZELBORAF :

Environ 50-60% des mélanomes ont une anomalie sur un gène nommé BRAF. Cette mutation favorise la croissance des cellules cancéreuses. Pour les patients ayant cette mutation du gène BRAF, il existe un inhibiteur du gène défectueux, le Zelboraf (vemurafenib). Le traitement a fait régresser partiellement ou complètement le mélanome chez les patients porteurs du gène muté.

Chez les patients ayant répondu, les tumeurs ont régressé, incluant les métastases au foie  et aux os. Les symptômes reliés au cancer ont eux aussi répondu très rapidement.

INTRON A :

Depuis des années on traite les patients avec de l’interféron alfa. Ce traitement est un coup de pouce au système immunitaire (booster). Le bénéfice du traitement est souvent remis en question du fait des effets secondaires sévères chez quasi tous les patients. Une méta-analyse récente supporte son utilisation an association avec la chirurgie.

Pour tous ces traitements il y a cependant des effets secondaires importants.

SALONS DE BRONZAGE :

L’utilisation des salons de bronzage augmente le risque de développer un mélanome. Une étude de 2010 a comparé plus de 1000 patients porteurs de mélanomes et les a comparé avec des contrôles comparables et a mis en évidence que les utilisateurs de salons de bronzage avaient 74% plus de risque de développer un mélanome que les non utilisateurs. La fréquence de visite au salon de bronzage est proportionnelle au risque de mélanome.

Références : 1. Kris MG et al. Melanoma. Journal of Clinical Oncology 2010, Clinical Cancer Advances 2010 : Annual report on Progress Against Cancer from the American Society of Clinical Oncology.

2. Sapna P, Woodman SE. Profile of ipilimumab and its role in the treatment of metastatic melanoma. Drug Des Devel Ther. 2011; 5: 489-495.

3. Lazovich D et al. Indoor tanning and risk of melanoma: A case-control study in a highly exposed population. Cancer Epidemiolog Biomarker Prev 19:1557-1568, 2010.

2 réponses à Mise à jour sur les nouveaux traitements contre les mélanomes

  1. MEOZZI LUC dit :

    Bonjour,
    Merci pour cette page d’information trés interressante.
    Je suis traité pour un mélanome métastasé.
    Le primitif n’a pas été trouvé.
    Il y a eu deux curages ganglionaires en mai puis octobre 2011
    En decembre 2011, nous avons éssayé l’interferon que je n’ai pas supporté.Mais inutile car il y avait déjà récidive.
    Depuis janvier 2012, le Zelboraf a stoppé l’évolution des tumeurs. Cependant, elles ne regressent pas.
    Je voudrais savoir si certainspatients reçoivent le Yervoy en même temps que le Zelboraf ?
    Est-ce qu’aprés le Zelboraf , il est encore temps d’éssayer le Yervoy ?
    D’avance merci

    • Novaderm dit :

      Bonjour,

      Ces traitements sont pour la plupart donnés dans le cadre de projets de recherche. Le plus important est d’avoir les récepteurs nécessaires pour répondre à chacun de ces traitements.
      Pour plus de précisions, il faudrait en discuter avec votre oncologue, qui connaît les particularités moléculaire de votre mélanome.

      Bonne chance,

      L’équipe Novaderm.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *